Marius et Jeannette

aff
Sortie en salles : 19.11.1997

Fiche festival

Prix Louis-Delluc « Meilleur film » 1997.

Grand prix au Festival Tout Écran de Genève 1997.

Prix Lumières du meilleur film en 1998

Prix de la presse au Festival du Film de Paris en 1998

Prix Sant Jordi du cinéma de la Meilleure Actrice Étrangère pour Ariane Ascaride en 1999

César du cinéma 1998 :
César du meilleur film
César du meilleur réalisateur
César du meilleur scénario original
César du cinéma de la meilleure actrice: Ariane Ascaride
César du meilleur acteur dans un second rôle : Jean-Pierre Darroussin
César de la meilleure actrice dans un second rôle : Pascale Roberts
César du meilleur espoir féminin : Laetitia Pesenti

Butaca Awards 1998

Prix Goya du meilleur film européen 1999

FICHE TECHNIQUE

ACTEURS

Ariane Ascaride, Gérard Meylan, Pascale Roberts, Jacques Boudet, Laëtitia Pesenti, Frédérique Bonnal, Pierre Banderet, Miloud Nacer

Réalisateur : Robert Guédiguian
Scénario : Jean-Louis Milesi et Robert Guédiguian
Musique originale : Jacques Menichetti
Directeur de la photographie : Bernard Cavalié
Ingénieur du son : Laurent Lafran
Perchman : François Domerc
Mixeur son : Jean-Yves Rousseaux
Décorateur : Karim Hamzaoui
Maquilleur : Maïté Alonso
Assistant-réalisateur : Jacques Reboud
Monteurs : Bernard Sasia, Valérie Meffre, Lydie Ferran
Producteur : Gilles Sandoz
Directeur de production : Malek Hamzaoui
Société de production : Agat Films & Cie (France)

Durée

1h45

visa 90 148

Synopsis

Le Monde… Marseille… Quartiers Nord… L’Estaque. Marius et Jeannette sont au milieu de leur vie. Marius vit seul dans une immense cimenterie désaffectée qui domine le quartier. Il est gardien de cette usine en démolition.
Jeannette élève, seule, ses 2 enfants avec un maigre salaire de caissière. Elle habite une minuscule maison ouverte sur une courette. Ses voisins de cour, Caroline et Justin, Monique et Dédé, l’encouragent avec force éclats de rire et coups de gueule. La rencontre de Marius et Jeannette ne sera pas simple car, outre les difficultés inhérentes à leur situation sociale, ils sont blessés… Par la vie.
Le film décrit la renaissance de leur capacité à être heureux. Cette romance populaire se terminera bien car… Il le faut.
Il faut réenchanter le monde.

précédents suivantes

presse

” Dans ce cinéma de proximité, très ancré dans la vie, d’une lumineuse sensibilité, Robert Guédiguan allie une conviction inébranlable à un sens aigu du vrai cinéma populaire. C’est mieux qu’un savoir-faire. Un style. Unique.”
Jean-Claude Loiseau – Télérama

” Il était une fois un cinéaste indépendant qui racontait la vie de ses amis à Marseille et qui était doté d’un talent anachronique : ses personnages ressemblaient beaucoup plus à de vrais gens qu’à des acteurs de cinéma. Les problèmes de voisinage, d’argent et de famille leur tenaient lieu d’enjeux dramatiques, au lieu de flingues, de braquages et de meurtres (…) Guédiguian nous entraîne (…) sur la voie
d’un cinéma humain, qui fait de la modestie une force et de la dignité un mot d’ordre.
Malgré l’accent, son Marseille est trop désenchanté pour rappeler Pagnol, et c”est plutôt de Ken Loach que l’on rapprochera cette oeuvre mûrie (…) dans la discrétion et l’obstination (…) Avec un mélange lucide de naïveté et de fierté, Guédiguian prouve que l’on peut filmer le prolétariat sans «faire du social» misérabiliste, et raconter un homme et une femme sans chabadabada. Entre conte philosophique et théâtre de rue, un film lumineux…”
Gilles Verdiani – Première

Mais aussi

Téléchargez le matériel de presse

L’affiche du film ici
Les photos du film ici